L’indemnité d’éviction un jour plafonnée ?

Le 12 janvier 2021

Par un arrêt du 10 décembre 2020, la Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel la question de la possible atteinte disproportionnée au droit de propriété du bailleur par l’indemnité d’éviction qu’il doit verser à son locataire à qui il refuse le renouvellement du bail.
On sait que l’indemnisation du locataire évincé doit être égale « au préjudice causé par le défaut de renouvellement ».

Le tribunal judiciaire de Paris a transmis une question prioritaire de constitutionnalité aux termes de laquelle il s’interroge sur la conformité de ce principe à la Constitution et au bloc de constitutionnalité, particulièrement au droit de propriété garanti par les articles 2 et 17 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

La Cour de cassation a décidé de transmettre la QPC au Conseil constitutionnel estimant l’interrogation « sérieuse » puisque qu’ « en retenant que l’indemnité d’éviction doit notamment comprendre la valeur vénale du fonds de commerce défini selon les usages de la profession sans prévoir de plafond, de sorte que le montant de l’indemnité d’éviction pourrait dépasser la valeur vénale de l’immeuble, la disposition contestée est susceptible de porter une atteinte disproportionnée au droit de propriété du bailleur ».

A suivre donc…

Auteur

Dernières actus

La notion d’agent commercial évolue : plus besoin de disposer du pouvoir de modifier le prix des produits ou services

Par un arrêt en date du 4 juin 2020 (C-828/18), la Cour de justice de l’Union européenne a précisé que […]

Lire la suite
Qui sont les bénéficiaires du gel des sanctions en cas de non-paiement des loyers professionnels et commerciaux ?

Le décret n° 2020-1766 du 30 décembre précise qui sont les bénéficiaires des dispositions de l’article 14 de la loi […]

Lire la suite
L’indemnité d’éviction un jour plafonnée ?

Par un arrêt du 10 décembre 2020, la Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel la question de la […]

Lire la suite